CA' Architectes

PROJETS

AGENCE

+

Architecture, matière et mémoire

 

Si l’architecture est avant tout un rapport à l’espace, c’est aussi un rapport au temps. Qu’il s’agisse d’un édifice, d’un quartier, ou d’une ville historique, quelque soit l’échelle de ce que l’on regarde comme un « objet patrimonial », l’état dans lequel il nous parvient aujourd’hui résulte des effets du temps. L’objet se régénère perpétuellement, se réécrit sur lui même, vieillit, évolue, subit un phénomène de « stratification historique », à savoir les apports successifs des époques (modifications, extensions, destructions, reconstructions…) qui l’enrichit, l’altère, en perturbe souvent la lisibilité.

 

L’acte architectural, celui de construire, aménager, créer, restaurer, constitue un nouvel apport à un site ou un édifice, l’ajout d’une nouvelle « strate » historique. Ainsi, si la relation au site de projet implique nécessairement un rapport à l’espace et à ses caractéristiques physiques (topographie, orientation, climat, nature des sols, matériaux, environnement bâti…), la "matière" du lieu, il implique aussi un rapport au temps et à l’histoire, qui en constitue la "mémoire".

 

En architecture et urbanisme, cela revient à concevoir un projet capable de répondre aux besoins induits par de nouveaux usages tout en rendant lisible l’histoire et l’identité du territoire, du site, de l’édifice ou du monument. Projeter dans un contexte patrimonial « sensible » impose ainsi à l’architecte de connaître et de se réapproprier cette mémoire, d’en nourrir le projet afin de la révéler, que ce soit à travers une intervention contemporaine assumée ou une restauration minimale.

 

Quelque soit l'échelle, de l'objet au territoire, le travail de l'agence est guidé par le même principe et le même enjeu de réappropriation, de révélation et de mise en valeur de la mémoire du lieu.